Diggin Opera III « La noix d'or »

65 élèves de France et d'Allemagne présentent sur la scène du Festspielhaus un projet de théâtre musical qu'ils ont eux-mêmes élaboré

Pendant un an, ils ont écrit des textes, composé, bricolé, mis en forme, conçu, construit et répété. Le moment est enfin venu : la première de « La noix d'or » aura lieu sur la grande scène du Festspielhaus. Le 26 juin à 18 heures, 65 élèves d’établissements français et allemands présenteront leur œuvre de théâtre musical, conçue par et avec des jeunes. L'entrée est gratuite, les personnes intéressées sont les bienvenues.

Des élèves font de l'opéra ! Et cela dans les règles de l'art : ils écrivent la musique, inventent les décors et les costumes. Diggin' Opera en est à sa troisième édition et a exploré une nouvelle fois la manière dont la relation entre les jeunes et l'opéra peut changer à l’aide des techniques numériques. Avec les cyber-écureuils, les jeunes créateurs d'opéra invitent sur la scène du Festspielhaus des robots à commande numérique qu'ils ont eux-mêmes construits. Les jeunes ont élaboré eux-mêmes le livret, et la musique comme la mise en scène s’inspirent également de leurs impulsions et de leurs idées. Ils ont été soutenus par la pédagogue de théâtre et metteuse en scène Angéline Deborde, le compositeur Jan Paul Werge et le designer d'interaction Robert Läßig. Ce projet du Festspielhaus est soutenu par la fondation felicitas et werner egerland.

Une communication sans barrière linguistique

Afin d’explorer une fois de plus de nouvelles voies dans le cadre de Diggin' Opera III, trois classes d'école aussi différentes que possible ont pu être convaincues de participer au projet.

Des bacheliers du cursus musique du lycée Heisenberg de Karlsruhe sont de la partie. À ces 14 jeunes adultes qui quitteront bientôt l'école s'ajoutent douze jeunes qui ont dû quitter leur pays d'origine pour diverses raisons : la classe d’initiation à l'allemand de Mme Becky au collège de Gaggenau. En plus des cours de soutien et d'acquisition de la langue, ces élèves découvriront de près la vie culturelle.

Et après la classe irlandaise de Diggin' Opera II l'année dernière, le projet de cette année est également international, avec en troisième partenaire une classe de seconde du lycée strasbourgeois Fustel de Coulanges. Ses 35 élèves visent un baccalauréat franco-allemand.

Homme-machine-nature – « La noix d’or »

« Diggin' Opera II - Things fall apart » a été récompensé par le « Junge Ohren Preis » (« Prix des jeunes oreilles »), le plus grand concours de médiation musicale en langue allemande, en tant que source d'impulsion pour le développement de la pratique et de la médiation musicales professionnelles. Dans cette troisième œuvre scénique de Diggin' Opera, les technologies innovantes qui changent le monde (de l'opéra) ne peuvent pas manquer au rendez-vous. Lors de la première, le 26.06.2022, il sera question du lien entre l'homme, la machine et la nature - ainsi en ont décidé les jeunes. Durant le mois de février, en collaboration avec le designer d'interaction Robert Läßig, les élèves de Strasbourg et de Gaggenau ont percé, vissé, martelé et expérimenté au Festspielhaus jusqu'à ce que prennent vie les premiers robots-nature télécommandés. Parallèlement, le travail sur l'intrigue de l'opéra s'est poursuivi avec Angéline Deborde et la musique a été peaufinée avec Jan Paul Werge.

Cette pièce imaginée en commun parle d'une noix qui promet de résoudre les problèmes de la faim dans le monde, mais se révèle être une plante qui prive la terre de toute son eau et de ses nutriments.

Les cyber-écureuils (les robots construits par les jeunes eux-mêmes) sont alors créés pour détruire ces noix qui poussent inexorablement. Mais eux non plus n'y parviennent pas et finissent par voyager dans le temps pour résoudre le problème.

La direction artistique est assurée par Angéline Deborde, tandis que Karoline Saal est responsable des costumes. Jan Paul Werge est en charge de la direction musicale et de la composition. Tout ce qui a trait à la scène, à la technique et au numérique est supervisé par le designer d'interaction Robert Läßig. Ce projet de théâtre musical se base sur les directives et les idées des élèves. Sur le plan musical, les jeunes sont soutenus par la soprano Snaebjörg Gunnarsdóttir ainsi que par Fabian Ringlage et Christian Vierling au piano. La chorégraphie a été développée avec Denise Noack.

Le styling pour cette représentation d'opéra est réalisé en collaboration avec le partenaire beauté du Festspielhaus Baden-Baden, La Biosthétique.