Berliner Philharmoniker I

Kirill Petrenko

La description Programme Artistes

Voilà bien deux débuts inoubliables : un « Prends garde à toi, mon ami ! » joué au cor met fin au silence. Dans l'ouverture de Weber, cela annonce la nuit ; dans la symphonie de Schubert, le matin. « Métal qui peut chanter », cet instrument représente pour le romantisme le seuil du monde des sortilèges. La grande symphonie de Schubert, qui commence par une véritable mélodie de cor, a été conçue comme un pendant diurne et lumineux à la Neuvième de Beethoven. Entre les deux, Hindemith se retourne vers Weber sur son chemin personnel en direction de la modernité. Les Berliner Philharmoniker n'auraient pas pu choisir un programme plus approprié pour le premier concert de leur festival reporté. La musique reste une promesse d’enchantement - que nous sommes ravis de pouvoir enfin tenir à nouveau.

Image montrant Kirill Petrenko High Res Frederike Van Der Straeten

Programme

Carl Maria von Weber
Ouverture d’ « Obéron »

Paul Hindemith
Métamorphoses symphoniques sur des thèmes de Carl Maria von Weber

Franz Schubert
Symphonie en ut majeur D944 « La grande »

Fin de la représentation environ: {{ selectedDate.end.time }} heures
Parrainage: {{ sponsor }}
Présenté par: {{ presenter }}
En partenariat avec: {{ cooperation }}
En collaboration avec: {{ collaboration }}

Artistes