Mesure et modération pour une nouvelle façon d’être ensemble

Le directeur général Benedikt Stampa donne de premiers aperçus sur un programme de l’automne 2020 placé sous de nouveaux auspices

Image montrant Benedikt Stampa C Christian Grund

Le 8 octobre, les Festivals de Baden-Baden ouvrent leur saison 2020-2021 avec le nouveau ballet « Ghost Light » de John Neumeier. Avec l’aide de nombreux artistes étroitement liés aux Festivals, le directeur général Benedikt Stampa adapte son programme en raison de la pandémie. Il a déclaré : « Tout l’art consiste à faire preuve de mesure et de modération pour trouver une nouvelle façon d’être ensemble. Je me réfère ici à la co-présence physique des personnes dans le foyer et dans la salle, mais aussi aux rapports entre les organisateurs de spectacles et les artistes».

Eu égard aux mesures de protection contre la pandémie de coronavirus qui sévit toujours, le plan de salle de la plus grande maison allemande d’opéra et de concerts sera réduit dans un premier temps à 500 places. Parallèlement, le programme est modifié en fonction des diverses règlementations sur l’hygiène auxquelles doivent se soumettre les artistes des Festivals lors des voyages ou des répétitions. Le programme sera rendu public en plusieurs étapes, et pour l’instant jusqu’au 1er novembre 2020.

Ouverture avec un nouveau ballet de John Neumeier

« Ghost Light » de John Neumeier sera présenté quatre fois jusqu’au 11 octobre 2020. Le directeur et chorégraphe du Hamburger Ballett animera également un « Atelier Danse » sur cette œuvre le 11 octobre 2020.

Sur le plan international, le Hamburg Ballett a fait partie des premières compagnies qui ont repris le travail dans la salle de danse après le confinement. Peu de temps après, John Neumeier a eu l’idée de créer une œuvre qui non seulement respecterait la règle de distanciation en vigueur, mais en ferait aussi l’élément premier de sa structure.

Le concept de John Neumeier mobilise 55 danseuses et danseurs de sa compagnie. Pour tenir compte de la règle de distanciation, il a organisé le travail pratique en petits groupes de huit danseurs maximum. « « Ghost Light » est un ballet conçu pour un ensemble, mais je le développe par fragments. On peut comparer cela aux différentes voix instrumentales d’une symphonie, ou encore à un repas traditionnel japonais : une suite de miniatures soigneusement disposées, et que l’on espère délicieuses. Comment ces éléments séparés vont-ils finalement se réunir pour former une œuvre unique, cela dépendra du moment où nous aurons à nouveau le droit de nous rapprocher les uns des autres sur la scène et de nous toucher », a déclaré John Neumeier. Avec ce titre « Ghost Light », John Neumeier fait référence à une tradition du théâtre américain : après un spectacle ou une répétition, on place sur la scène un pied métallique pourvu d’une unique ampoule électrique. Cette lampe indique qu’aucun artiste n’a le droit de monter sur la scène. La Ghost Light brûle toute la nuit, jusqu’à ce que la scène s’emplisse à nouveau de vie.

La chaîne franco-allemande ARTE a prévu de diffuser « Ghost Light » en direct sur internet depuis Baden-Baden, et de le présenter ensuite à la télévision.

La saison au Festspielhaus Baden-Baden se poursuivra lors des concerts de l’Orchestre Symphonique de Bamberg avec la violoncelliste Sol Gabetta (23.10.2020, 20 h) ainsi qu’avec une matinée où l’on pourra entendre la violoniste ukrainienne Diana Tishchenko (25.10.2020, 11 h).

Un week-end Brahms avec Thomas Hengelbrock

Le projet conçu pour le week-end de la Toussaint, les 30 octobre et 1er novembre 2020, a été repensé. « Je suis très reconnaissant à Thomas Hengelbrock et à l’Ensemble Balthasar-Neumann de nous sauver ce week-end avec un programme réellement digne d’un Festival », a déclaré Benedikt Stampa.

Ce « Mini-Festival » commencera le 30. 10.2020 à 20 h avec le « Requiem allemand » de Johannes Brahms. Et le programme du 31 octobre 2020 à Baden-Baden ne propose pas moins de deux concerts : dans le cadre d’un programme symphonique, Thomas Hengelbrock interprètera avec l’Ensemble Balthasar-Neumann la Symphonie n° 3 en sol majeur de Johannes Brahms. Vous pourrez également entendre la valse de concert « Seid umschlungen, Millionen » et des airs de Johann Strauss. Le « Requiem allemand » sera donné une deuxième fois le 31 octobre 2020 à 20 h. Et le lendemain à 11 h, le jour de la Toussaint, une matinée sera également consacrée au programme symphonique Brahms.

« Avec cette nouvelle structure de programme, nous pourrons permettre à de nombreux mélomanes d’assister en toute sécurité à ces concerts qui leur ont tant manqué », a déclaré le directeur général Benedikt Stampa. « Je ne saurais louer assez la souplesse et l’inventivité des musiciennes et des musiciens dans ce contexte ».

Les amitiés artistiques sont résistantes

« En ce moment, les amitiés nouées de longue date avec les artistes et le fair-play vis-à-vis des musiciens sont le sésame pour parvenir à mettre sur pied un programme digne d’un festival », affirme Benedikt Stampa, qui depuis des mois travaille en étroite collaboration avec les chefs, les orchestres, les chanteurs et les danseurs de la saison 2020-2021 pour concevoir des programmes alternatifs en cas de nécessité. « Sans vouloir dévoiler trop de choses prématurément, je peux déjà annoncer que plus tard dans la saison nous pourrons compter sur des formations de grande classe comme les Berliner Philharmoniker ou encore l’Orchestre Symphonique du SWR, de même que sur des stars comme Cecilia Bartoli ou Elina Garanca ».

Les spectatrices et les spectateurs reçoivent des conseils personnalisés

Toutes les spectatrices et spectateurs du Festspielhaus et des Festivals qui ont déjà acheté des billets pour l’automne 2020 recevront un courrier personnalisé dans les prochains jours. « Nous leur expliquons précisément quelles sont les possibilités », précise Benedikt Stampa, qui tient à remercier son équipe en de pareilles circonstances : « Depuis des mois, nos collaboratrices et collaborateurs font des prouesses en matière de communication avec le public ».

Le directeur général a exprimé sa gratitude toute particulière envers le public et les soutiens du Festspielhaus et de ses Festivals : « Sans leur patience, sans leurs dons et sans leur solidarité de ces derniers mois, nous n’aurions pas pu croire qu’une programmation soit possible à l’automne. Nous remercions donc tous nos soutiens et aussi, bien sûr, la ville de Baden-Baden ainsi que le Land de Bade-Wurtemberg ».

Étape suivante du programme à partir de mi-septembre.

À la mi-septembre, le directeur général du Festspielhaus, Benedikt Stampa, souhaiterait rendre publics d’autres programmes de l’automne 2020. « Si la pandémie reste sous contrôle chez nous, nous espérons pouvoir proposer peut-être 1000 places par représentation. Mais la condition sine qua non pour cela est que nous nous comportions tous de manière respectueuse – que ce soit les spectateurs entre eux ou bien nous-mêmes en tant qu’organisateurs vis-à-vis des artistes.