Festival de Pâques 2020

Kirill Petrenko et les Berliner Philharmoniker nous proposent « Fidelio » et de grands programmes symphoniques

Image montrant Kirill Petrenko C S Rabold Phil 190109 © S. Rabold
© S. Rabold

En 2020, le Festival de Pâques de Baden-Baden est placé sous le signe de l’année Beethoven. Kirill Petrenko dirigera « Fidelio », la « Missa Solemnis » et la Symphonie n°5 de Beethoven ainsi que la Symphonie n°6 de Gustav Mahler. Les chefs invités seront Yannick Nézet-Séguin, Tugan Sokhiev et Herbert Blomstedt.

« Fidelio », l’unique opéra de Beethoven, est le point focal de cette édition 2020 du Festival de Pâques de Baden-Baden avec les Berliner Philharmoniker: il y sera représenté trois fois, les 4, 7, et 13 avril. Le nouveau chef principal de l’orchestre, Kirill Petrenko, assurera la direction musicale de cette nouvelle production, dont la mise en scène est signée par la Slovène Mateja Koležnik. Parallèlement à cet opéra, la « Missa Solemnis » de Beethoven est la deuxième grande œuvre vocale de ce Festival, qui se déroulera du 4 au 13 avril 2020 à Baden-Baden.

Kirill Petrenko dirigera deux autres concerts du Festival : la Symphonie n°6 en la mineur de Gustav Mahler est au programme du 6 avril 2020. Le lundi de Pâques (13 avril), des membres des Berliner Philharmoniker viendront soutenir leurs « filleuls » de l’Orchestre Fédéral des Jeunes d’Allemagne, qui interprètera la Symphonie n°5 en ut mineur de Beethoven.

Des chefs invités et des solistes de haut vol

La soprano Marlis Petersen – qui passe cette saison en résidence d’artiste avec les Berliner Philharmoniker – incarnera Léonore dans la nouvelle production de « Fidelio ». À ses côtés, le ténor américain Matthew Polenzani endossera le rôle de Florestan.

Les chefs invités de ce Festival de Pâques 2020 à Baden-Baden seront le directeur musical du Metropolitan Opera de New-York, Yannick Nézet-Séguin, le directeur musical du Théâtre Bolchoï de Moscou, Tugan Sokhiev, ainsi que le grand seigneur américano-suédois des concerts internationaux, Herbert Blomstedt.

Le dimanche des Rameaux, 5 avril 2020, Tugan Sokhiev interprètera avec les Berliner Philharmoniker la version pour orchestre des « Tableaux d’une exposition » de Modeste Moussorgsky. Le soliste de cette soirée sera le violoniste Christian Tetzlaff, qui jouera le concerto pour violon en mi mineur de Félix Mendelssohn-Bartholdy.

Le samedi saint, 11 avril 2020, Yannick Nézet-Séguin dirigera la Symphonie n°3 en ré mineur de Gustav Mahler avec en soliste la mezzo-soprano lituanienne Elīna Garanča. Le dimanche de Pâques, Herbert Blomstedt dirigera la Symphonie n°4 en mi bémol majeur d’Anton Bruckner. En première partie, le pianiste norvégien Leif Ove Andsnes jouera la partie de soliste dans le concerto n°22 en mi bémol majeur de Wolfgang Amadeus Mozart.

Intégrale des quatuors à cordes de Beethoven

Dans le cadre du Festival de Pâques à Baden-Baden, des membres des Berliner Philharmoniker joueront pour la première fois tous les quatuors à cordes de Beethoven. Pour cela, les membres de l’orchestre ont fondé de nouveaux ensembles.

Un intérêt mondial – La liberté de l’Europe en point de mire

« Ce premier Festival de Pâques à Baden-Baden avec le chef principal Kirill Petrenko suscite un intérêt mondial », a déclaré Benedikt Stampa, directeur général du Festspielhaus et du Festival de Baden-Baden depuis l’ouverture de cette saison.

Avec la collaboration entre Kirill Petrenko et la metteuse en scène Mateja Koležnik, il entend poser un geste fort en cette « année Beethoven 2020 » et a déclaré à ce propos : « Beethoven n’incarne pas seulement la conquête et la célébration de la liberté, mais aussi le doute et l’échec ». Stampa a trouvé en la personne de Mateja Koležnik, lauréate du prix Nestroy, une artiste qui est elle aussi en proie au doute. Ce « Fidelio » sera son premier travail à l’opéra, même si ses mises en scène théâtrales à Stuttgart, Munich et Vienne ont une forte composante chorégraphique découlant d’une approche marquée par la musique. Pour le directeur général Benedikt Stampa, Mateja Koležnik est aujourd’hui la metteuse en scène idéale pour « Fidelio » : « Je crois très important qu’en cette année Beethoven, nous puissions rapporter la question de la liberté à nous-mêmes et à notre environnement social immédiat ».

Mateja Koležnik, quant à elle, voit dans son expérience du théâtre une chance pour son travail à l’opéra : « Je ne sais pas dans quelle mesure je peux contribuer, en tant que débutante, en tant que metteuse en scène venant du théâtre parlé, à une vision différente, peut-être plus moderne, de la mise en scène d’opéra. Dans mon travail antérieur, je me suis toujours intéressée à la fable au théâtre, à l’histoire que raconte une pièce. De ce point de vue, je ne fais pas de différence entre opéra et théâtre – les protagonistes tissent toujours une histoire qui doit me sembler logique et pertinente à chaque instant, et peu importe qu’il s’agisse d’Ibsen ou de Beethoven ».

Une relation renouvelée avec les écoles

Le deuxième opéra de ce Festival de Pâques sera « Simplicius Simplicissimus » de Karl Amadeus Hartmann, une œuvre datant de 1948 qui sera donnée au théâtre de Baden-Baden. Le livret s’inspire du roman baroque éponyme dont l’auteur, Grimmelshausen, a vécu non loin de Baden-Baden, à Renchen où il est mort en 1676. Avec son « Simplicius », publié peu après la fin de la Guerre de Trente Ans, il a porté très tôt un regard acéré sur une société traumatisée par la guerre.

Autour de cet opéra se construit un projet scolaire régional auquel collaborent des membres des Berliner Philharmoniker, du théâtre de Baden-Baden et du Festspielhaus Baden-Baden. Les écolières et les écoliers ont la possibilité d’observer de très près les répétitions et de développer leurs propres idées autour du sujet de cet opéra. La nouvelle mise en scène de ce « Simplicius Simplicissimus » est signée par Eva-Maria Höckmayr.